I Les Anciens I

Forum de la guilde Horde - Confrérie du Thorium
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En terre hostile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: En terre hostile...   Mer 04 Mar 2009, 15:19

Lune d'Argent.
Ses fières murailles se dressaient à quelques pas devant lui, masquant à peine les fines flèches élancées des bâtiments qu'ils protégeaient.

Depuis son promontoire, l'humain observait les patrouilles et la relève de la garde.
Il était déjà entré dans la cité sindorei. Il en avait étudié les rondes de ces êtres magiques qui patrouillaient. Si les gardes de faction ne lui posaient pas de souci majeur, ces patrouilles l'ennuyaient.

Depuis la veille, une pensée l'obsédait. Il s'était comporté comme un vrai muffle... Par il ne savait quel hasard, il s'était retrouvé embringué dans ce voyage vers les hauteurs de Kalimdor. Puis vers une vallée oubliée de tous, peuplée de trolls ingnorants et ignorés des conflits opposant races et factions, vivants et morts, êtres de chair et de sang et légions issues du Néant Distordu...
Bien loin de tout cela, ce village vivait dans une perpétuelle fête, accueillant chaque nouvelle journée comme une renaissance de la vie...
Au cours de cette soirée, à plusieurs reprises, des regards échangés avec une elfe de sang l'avaient poussé à oublier ses propres ennuis, ses propres combats quotidiens, voire à oublier pour un temps ses propres engagements...
Ses cheveux noirs, son tein doux, ses courbes gracieuses et délicates... S'il voulait rester poli, il dirait volontiers qu'elle lui avait tapé dans l'oeil...
Et ils avaient tenté, malgré la barrière du langage, de communiquer. Il n'avait qu'en partie compris son nom, Lumenni ou quelque chose ressemblant à cela... Elle semblait proche de cet autre elfe de sang qu'on lui avait présenté comme étant Tzymis, un démoniste redouté pour ses relations aux femmes... Proches ? Pas trop quand même ? Ce serait le bouquet...
Mais... Sans savoir comment, il avait eu un geste qui avait provoqué la colère et l'indignation de celle qu'il avait à l'esprit comme un rayon de lune dans la nuit... Il voulait en garder un souvenir exquis à se rappeler, et non cette triste mésaventure... Il avait vainement essayé de lui présenter ses excuses, mais cette absence de possibilité de se faire comprendre l'avait fait bouillir de rage. Lorsque le groupe auquel elle semblait appartenir avait quitté la vallée, tard dans la nuit, elle lui avait adressé un sourire... Peut être, après tout, qu'elle avait compris que le geste déplacé n'était pas volontaire... Peut être...

Le jeune homme reprit pied sur terre. A priori, la porte d'entrée ne semblait pas lui poser plus de tracas que ça. Par contre, de l'autre côté du couloir, il savait qu'il y avait des patrouilleurs de faction... Et il espérait juste qu'il n'y en aurait pas plus que la dernière fois...

Jusque là, personne n'avait remarqué sa présence. Il s'était glissé dans les ombres, évitant les routes, jusqu'à la cité.
Il allait continuer. Il n'avait pas le choix s'il ne voulait pas finir découpé en fines tranches par la garde d'ailleurs...
Après avoir pris une profonde inspiration, il se leva, se dirigea vers un petit parterre de fleurs, et en cueillit quelques unes, aux couleurs chatoyantes. Il les enveloppa délicatement dans un parchemin, et glissa le tout, en espérant que ca ne s'abime par trop, dans sa sacoche.

Puis, sans un bruit, il se glissa au sein de ses amies les ombres, usant et abusant de leur hospitalité pour disparaitre à la vue de tous...

Les gardes ne firent aucune attention au léger mouvement d'air qui suivit le passage de l'assassin... Pas plus que la sentinelle fidèle à son poste juste derrière la muraille...

Il était à l'intérieur... Maintenant, restait plus qu'à dénicher ce reflet de lune... Par ou commencer ? Les tavernes lui semblaient un excellent premier choix. Non loin de l'entrée où il se trouvait, une enseigne semblait désigner le bâtiment comme étant une telle échoppe...
Se faufilant parmis les tentures légères, l'assassin pénétra dans l'établissement. D'un regard expert, il avisa un poste d'observation, duquel il embrassait l'ensemble de la pièce du regard, sans risquer de se faire marcher sur les pieds de façon accidentelle... S'installant le plus confortablement possible, il prit son mal en patience. Peut être finirait-il par reconnaitre l'une des personnes présentes aux côtés de celle pour laquelle il s'était risqué ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Jeu 05 Mar 2009, 14:58

Les membres engourdis, l'humain se déplia peu à peu de la position qu'il avait jugé la plus confortable avant de s'endormir derrière les tentures bleues... Sauf qu'au réveil, elle lui paraissait d'un coup la pire... L'ensemble de ses muscles criait à la torture...

Pourtant, il en avait passé des nuits dans des endroits nettement moins confortables que cette auberge. Car si le sol était fait de pierre, comme partout ou presque, au moins ici ne régnait pas cette odeur de mort et de moisissure typique de Fossoyeuse...

L'assassin avait eu tout le loisir d'observer la délicatesse des objets et décorations intérieures, chose qu'il n'avait pas eu le loisir de faire lors de sa dernière visite dans Lune d'Argent. Il s'était même risqué, dans la chambre de l'étage, à quitter la sécurité des ombres pour un instant, profiter des fauteuils et prendre un repos physique, si ce n'était nerveux, quelques instants...
Douce sensation que celle des soiries qui recouvraient les fauteuils et le lit de cette chambre. Agréable... Mais il ne fallait pour autant pas en oublier la réalité. Un bruit de pas dans les escaliers fit se tendre d'un coup tous les muscles de l'humain, et ce dernier disparut aussitôt dans l'ombre...

Un couple d'elfe venait de pénétrer dans la chambre. Serrant le poing, l'humain fulminait. Il allait se retrouver piégé avec eux, et cela ne l'enchantait guère... Avant qu'ils ne tirent les tentures et ne referment la pièce, le saltimbanque jeta un petit caillou vers le fond de la pièce. L'effet escompté ne tarda pas, le couple, malgré sa fougue à se couvrir de caresses chaque instant plus précises, se tourna vers l'endroit d'un seul mouvement. Rapide, l'humain passa dans leur dos, et se faufila à l'extérieur. Seul un léger mouvement sur la lourde tenture aurait pu témoigner de son passage, si les deux amoureux d'un soir y avaient prêté la moindre attention...

Salazaar regagna son poste d'observation. Au passage, dans une large corbeille en métal précieux, plusieurs fruits disparurent pendant que les deux cuisiniers de l'étage parlaient... L'humain se posta à nouveau, mais il savait que si ceux qu'il attendait ne montaient pas à l'étage, il ne les verrait pas...

Ne restait qu'une autre solution, attendre à l'extérieur, et surveiller la rue et les accès à la ville. Deux choix : dans les murs, ou à l'extérieur, depuis le promontoire...

Sauf que... Si ils ... elle était en ville, et n'avait pas l'intention de sortir pour une quelconque raison, les murailles feraient leur office... L'assassin opta immédiatement pour la première solution, dans l'enceinte de la cité.

Sans un bruit, il regagna l'extérieur de l'établissement, manquant de peu de se faire repérer par l'un de ces assemblages mécano-magiques qui patrouillaient. Ceux-la semblaient plus attentifs, ou plus sensibles, que les gardes de la ville... Tapi contre le mur, retenant sa respiration, l'humain laissa passer l'être lentement à quelques pas de lui, avant qu'il ne disparaisse au détour de la rue.

Cette pause ne fut pas inutile. Salazaar venait de remarquer en face, une espèce d'alcôve allongée, accueillant des bancs, aux arcades ornées de fines tentures rouges... Depuis là, il devait pouvoir voir à la fois l'entrée de la taverne, mais aussi les portes de la ville, ainsi que les deux rues qui en partaient, menant vers l'est ou vers l'ouest de la cité...

Prenant son mal en patience, l'assassin reprit une position d'attente, camouflé derrière les tentures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2326
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Jeu 05 Mar 2009, 15:44

Le soleil perce les feuillages et une douce brise le berce tandis qu'il écoute les éclats cristallins de la cascade.

L'endroit est agréable ... si l'on excepte l'absence compagnie féminine.
Tout prête à la détente et pourtant il n'arrive pas à trouver le repos.
Tant de choses à faire, tant de choses en suspens.

Renonçant à une paix qui ne vient pas, il prend son carnet de cuir et l'ouvre pour en extraire de très minces feuillets enroulés.

* Comment être parrain d'une personne aussi indépendante ... *

Il n'arrive pas à se décider sur la justesse de son action de la veille.
Était-ce vraiment son rôle que de se mêler de sa vie privée ?

Il finit par hausser les épaules.

* La vie privée n'existe pas lorsque l'on fréquente les puissants de ce monde *

Et l'humain représentait une puissance ... à un haut niveau.
Une puissance non négligeable, une force avec laquelle il fallait compter, une force destructrice basée sur le rêve d'un passé qui n'est plus.
Dangereux, très dangereux. Destructeur.
Se rend-elle compte qu'il n'hésiterait sûrement pas à tuer Adreena si l'occasion lui en était donnée ?
Parce que telle est sa voie ...

Il se permet un sourire en voyant le nom cité parmi ceux qu'il avait reçu.

* Détestable ... mais diablement compétent ... dommage qu'il soit mort *

L'humain suit sa voie ...
Tôt ou tard celle-ci serait un obstacle.
Tôt ou tard il y aurait des choix à faire.
Tôt ou tard elle souffrirait.

Il promène les minces feuillets au-dessus du feu jusqu'à ce qu'ils prennent feu.

* Montrer mais ne pas choisir. Je devrais peut-être songer à passer plus de temps avec les taurens. *

Mais il sait déjà que ces branches ne mènent à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Sam 07 Mar 2009, 20:00

Que croies-tu pauvre idiot ? Qu'elle va pointer le bout de son joli nez juste sous tes mirettes à la demande ?

Il s'était adressé à lui même. L'assassin se frappa doucement mais fermement le front du plat de la main... Il en oubliait la moindre des bases de son métier... La chance certes existait, mais il fallait la provoquer. Ne pas attendre que la cible tombe toute crue dans ses pattes, mais la traquer, la chercher... Et qu'avait-il fait ? A part se gaver de fruits dérobés en douce dans une cuisine, et observé le ballet des sentinelles de la cité sindorei, pas grand chose...

Et le soleil commencait à décliner sérieusement. Il fallait quelques heures de vol pour rallier Zul Aman à Forgefer... Et il devait impérativement arriver dans la cité naine avant qu'il ne soi trop tard...

Depuis une bonne heure maintenant, il passait son temps à jouer avec un petit caillou blanc et rond, récupéré sur le sol de l'allée... Il s'en servit pour détourner l'attention des sentinelles, et sortit de la ville tout aussi facilement qu'il y était entrée, deux jours auparavant...

Il regagna le promontoire. Ses effets de voyage étaient toujours sous la grande pierre plate où il les avait camouflés...
Derrière lui, les chutes de la rivière couvraient les quelques bruits qu'il pouvait émettre en déplaçant la pierre...
L'humain repassa ses armes à sa ceinture. Il était entré désarmé, folie ?

Serrant la dernière boucle de son gilet de cuir, il rabaissa sur ses yeux ses étranges lunettes. Puis il jeta un dernier regard vers les portes de la cité...

Il ne pouvait rester sur cet échec, il n'avait quand même pas fait tout ça pour rien...

Puis il fit volte-face et se mit à courir les ombres en direction du sud... Zul Aman, et son relais, n'étaient qu'à quelques lieues... Il accéléra la course...

Levant un oeil vers le ciel, il observa qu'il ne présentait aucun nuage... Ce soir, la lune serait la...
Domage qu'il ne puisse rester...

Vraiment domage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Mar 10 Mar 2009, 15:54

Harassé, fourbu, l'humain ressassait les derniers évènements. Aux joies succédaient les peines, et son esprit vagabondait maintenant dans de nombreuses direction, incapable de se fixer un but précis...

Lorsque sa main fouilla dans la sacoche de cuir, elle se referma sur une poignée de fleurs abimées, séchées. L'image des jardinières à l'entrée de Lune d'Argent lui revint en tête furtivement. Instinctivement, il leva les yeux au ciel, mais en cette milieu de journée, chercher la lune était peine perdue...

Un sourire se détacha doucement sur son visage. Il jeta un regard en arrière, son ancien domicile désormais vide...

La route du nord n'était pas sure. Du moins, tant que l'on restait dans les sentiers battus. Mais il avait eu tout le loisir d'en explorer les abords...

Sans un sou en poche, prendre le griffon jusqu'à Zul Aman relevait du défi impossible. Par contre, sa monture, fidèle, ne lui ferait pas défaut. De quelques heures à peine, il lui faudrait au moins deux jours pour rallier la terre des elfes de sang.

Fixant les fontes sur sa monture, l'humain essayait de repasser en souvenirs les coins de la cité où il n'avait pas cherché. Les échoppes étaient plus animées à la tombée de la nuit, et il espérait pouvoir en faire le tour complet en une soirée. Peut être mettrait-il la main sur l'un des membres de cet ordre, croisé au hasard d'une expédition quelque peu folle ? Deux taurens, une réprouvée, trois elfes de sang... Ne pas se limiter à celle seule qu'il cherchait, les autres pourraient peut être lui en apprendre plus, ou guider ses pas...

Qu'allait-il pouvoir lui raconter ? Strictement aucune idée. D'ailleurs, de là à raconter quelque chose, il lui faudrait vaincre la barrière de la langue. Mais il s'était juré de ne pas en rester sur un malentendu. Il ne savait toujours pas ce qu'il avait bien pu dire ou faire pour déclencher sa colère, mais il s'était juré de le découvrir. Quitte à y laisser des plumes...

Pari stupide d'un gamin déboussolé ?

Surement...

Le vent soulevant ses cheveux blond, l'humain chevauchait maintenant vers le nord... La pluie tombait, fine, alimentant un fin brouillard qui masquait un peu sa vision...

Le bruit sourd et lourd des sabots de la jument s'enfonçant dans la terre humide accompagnait le cavalier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cheveuxdefeu

avatar

Nombre de messages : 394
Age : 51
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Mer 11 Mar 2009, 10:27

(Iorne pense)

Le temps s'écoulait tellement, tellement vite...
Comment était-ce possible que si peu de temps se soit écoulé depuis la visite au village des trolls dansants?

De cette visite, Iorne retenait principalement 2 choses:
- L'Alliance et la Horde ne sont pas destinés à se faire la guerre
- La Horde et l'Alliance ne sont pas destinés à se faire la guerre

A ce sujet, une image lui revenait encore et encore:



Iorne sourit rêveusement, s'imaginant l'espace d'un instant que l'humain allait peut-être chercher à revoir la jeune Lumenni. Puis il éclata de rire à cette idée rocambolesque - il était vraiment temps qu'il aille se reposer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lumenni

avatar

Nombre de messages : 512
Localisation : Derrière vous dans l'ombre ...
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Mer 11 Mar 2009, 14:35

La jeune Elfe, revenant d'une expéddition longue et effrayante, était heureuse de rentrer enfin à Lune d'Argent pour s'y reposer un peu. Enfin un lit confortable, et non pas une paillasse ou, pire encore, un cerceuil ! Et comme d'habitude, la cité était tranquille, loin de l'agitation d'Orgrimmar par exemple. Comment voulez vous vaquer tranquillement à vos affaires quand on vous fait des avances dans un charabia barbare et incompréhensible, surtout alors que vous ne demandiez qu'à trouver un acheteur pour vos plantes ? Enfin, si l'expression "tapadeuxpého" était bien une invite.

Alors qu'elle s'installait enfin sous le voile diaphane parcouru de poussières chatoyantes, elle remarqua avecc surprise la présence d'un minuscule fragment rose, coincé sous un coussin. Un .. un pétale de rose ? Tout fripé et tout fané, donc ... là depuis plusieurs jours.Qui donc aurait pu s'amuser à ce genre de choses ? Et des roses ? Ici ? Il n'y en avait pas à Lune d'Argent. C'était d'ailleurs un article d'importation rare et recherché.

Ce qui pouvait donc signifier ... elle avait déjà plusieurs fois repensé à cet humain, rencontré sur la plage lors de l'expédition avec ses aînés.Elle avait suivi en raison de son intense curiosité, mais elle n'avait pas bien compris pourquoi il tenait à l'éloigner des autres, dans la direction d'une des cases, et encore moins pourquoi il lui avait adressé un geste des plus vulgaires. Choquée et effrayée, elle s'était vite réfugiée auprès de ses aînés, n'osant plus l'approcher.

Elle repensait à présent à certaines explications données par son parrain. Si l'humain s'était rendu ici et ne s'était pas fait repèrer, il pouvait recommencer à tout instant. Mieux valait aller le voir et s'assurer qu'il n'était pas en colère après elle.

Un terrain neutre serait sans doute préfèrable. pourquoi pas Zul amman ? On y trouvait souvent des Humains ... Un de plus passerait inaperçu, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Jeu 12 Mar 2009, 16:03

Sourire.

Un instant, il avait cru l'avoir perdue. Et il avait fait ce que n'importe quel infiltrateur n'aurait jamais, jamais, oser imaginer faire un jour... Signaler sa position par un fumigène blanc... Folie.

Les gardes à proximité n'avaient pas semblé y faire attention. Des chasseurs rodaient, et même un guerrier tauren, qui eux non plus n'avaient pas montré d'hostilité. Un instant, le fier guerrier avait toisé l'humain, sans provocation. Puis il était reparti à ses occupations...

L'assassin en avait été troublé. Il n'en avait pas fait part à celle qui lui servait de guide, mais tant qu'il ne cherchait pas à dépasser certaines limites, on ne faisait pas plus attention à lui qu'à autre chose.

Les dieux savaient pourtant combien la situation inverse aurait été différente. Un infiltrateur de quelque race de la horde que ce soit, aux alentours d'une cité de l'alliance, aurait été l'objet d'une chasse à l'homme (au troll, à l'orc, à l'elfe...) sans pitié.

On l'avait laissé s'approcher de l'elfe. S'asseoir à ses côtés. Parler avec elle, échanger de nombreuses choses.

Oh, quelqu'un devait bien veiller sur elle. Que ce soit par magie, ou lui même caché dans les ombres de la nuit, les siens devaient avoir pris quelques précautions...
Mais l'humain semblait loin d'avoir des intentions hostiles. Rien dans son comportement n'aurait pu le laisser supposer.

Oh, pourtant, son nom avait semble t'il été porté jusqu'aux oreilles des instructeurs. Il savait que même ses armes dans un sac, ce sac au dos, en simple chemise et pantalon léger, il aurait pu, d'un geste assuré, la briser d'un seul mouvement. Sentiment accentué par l'apparente fragilité de cette silhouette fine et élancée... Elle savait aussi, et malgré tout, elle surmontait cette défiance, tout du moins c'était ce qu'il semblait à Salazaar...

Malgré leurs différences, ils réussissaient à converser, échanger des sentiments, des points de vue.

Dans l'esprit de l'humain, une question tournait sans cesse... Pourquoi fallait-il donc que leurs chefs fassent tout leur possible pour entretenir cette défiance entre les peuples ? Pourquoi s'obstinaient-ils à garder aussi ténue la frontière entre guerre et paix ?

A mesure que les minutes, les heures passaient, à mesure que son regard se noyait dans celui de l'elfe, la question s'ancrait, masquant ses états d'âme, quels qu'ils puissent être...
Elle parlait de son parrain avec un ton plein de déférence... Et aussi d'un tauren qui semblait, avec ce fameux mentor, lui servir de guide...

Possèderaient-ils eux aussi, la même audace que cette elfe, pour s'afficher avec un humain dans une terre qui lui était hostile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Mer 18 Mar 2009, 16:22

Les jours avaient passés.

L'humain s'en était allé, rejoignant les contrées du sud, les contrées dans lesquelles Lumenni aurait très certainement été épiée, chassée, pourchassée, voire bafouée...

L'esprit humain, moins posé que celui des autres races, hormis peut être celui des orcs, poussait plus souvent vers des actes violents... Salazaar le déplorait, mais son éducation auprès des forains de Sombrelune prenait, encore et toujours, le pas sur les masques politiques qu'il avait appris à passer lorsqu'il représentait encore l'Ost Pourpre...

Maintenant que cette allégeance n'était plus, il sentait pleinement le poids qu'elle avait pesé sur ses épaules s'amenuiser jour après jour, et il se découvrait des plaisirs qu'il ne se serait jamais permis auparavant...

Ses recherches avançaient. Mais il butait.
Le grimoire ramené de Lune d'Argent, subtilisé dans une échoppe, restait obscur. Même les copistes qu'il avait chargé de faire un double parfait contre une somme rondelette de pièces d'or, s'ils lisaient le langage utilisé, se montraient incapables d'en interpréter certains passages.

Il lui faudrait l'avis de quelqu'un de confiance. Mais chaque chose en son temps.
Tout d'abord, remettre à sa place l'ouvrage dérobé, maintenant qu'il en avait un double.

Il atteint Lune d'Argent en fin d'après midi. L'agitation régnait, à tel point qu'elle en perturbait la garde. Disputes, discussions animées ou simple passage, les distractions ne manquaient pas, et même les étranges sentinelles magiques s'en retrouvaient dérangées.
Cela fut profitable à l'humain, qui se glissa rapidement jusqu'au coeur de la cité.

Personne ne l'avait remarqué, personne n'avait semblé faire la moindre attention à sa présence. A moins que personne ne l'ait simplement détecté... La garde en tous cas, restait muette.
Le grimoire rejoignit sa place sur l'étagère sans que quiconque n'ait semblé remarquer son absence.

Le pas léger, mais toujours sur ses gardes, l'humain se glissa hors des portes de la cité.

Ayant laissé sa monture sur les rives ouest, il longea les murs une nouvelle fois, puis commença à s'éloigner.

Il allait définitivement quitter les zones habitées lorsque les éclats d'une rixe, et la voix pathétique d'un chevalier de la mort, voix d'outre-tombe empreinte d'un mélange d'autorité et de déni, se fit entendre. Il cherchait à provoquer une elfe de sang, lui lançant diverses insultes au visage. Elle ne répondait que très peu, mais lui tenait tête, malgré le danger qu'il représentait.

Qu'il soit au service de Thrall ou du roi de Hurlevent, l'humain se ferait un plaisir de lui botter les fesses, comme à tous ses semblables. Il se rapprocha lentement, restant masqué par les ombres de ce début de soirée, et écouta encore, tout en observant le manège du guerrier mort.

De dos, il eut quelque peine à la reconnaitre, mais lorsqu'elle détourna ses pas pour s'éloigner de l'importun, il n'eut aucun doute...

Lumenni... Dommage, le chevalier de sang s'était déja éloigné au grand galop, parce que les dagues pendues à la ceinture de l'assassin le démangeaient maintenant...
Il lui aurait volontiers fait passer une nouvelle fois les portes de la vie...

Après un bref coup d'oeil alentours, l'humain réapparut dans les lueurs de la lune, et esquissa un geste en direction de la jeune elfe.
Elle lui répondit par un sourire.

La conversation s'engagea une nouvelle fois... Dans l'esprit du jeune homme, au delà du plaisir qu'il trouvait à braver ainsi toutes les convenances établies par les décideurs des royaumes de l'Alliance, au delà du plaisir de l'agréable compagnie qu'elle lui offrait, se déssinait aussi, accessoirement mais tout en restant utile, une voie possible d'arriver enfin à ses fins...

Elle lui fit visiter l'ancienne cité, peuplée désormais de fous aux yeux vides et de sentinelles perdues. Elle l'emmena plus loin au cœur de leur royaume, dans une majestueuse tour qui semblait vouloir rejoindre le ciel.
Mais la présence de l'humain, qui ne se cachait plus guère, semblait faire peur. Plusieurs jeunes elfes, venus chercher un quelconque enseignement dans la tour, ou simplement une quelconque récompense, parurent pertubés, au point que l'un d'entre ne se jette dans le vide. Maladresse ou peur viscérale ? L'humain n'aurait pu le dire.

Mais Lumenni lui proposa de s'éloigner rapidement, et de trouver un endroit plus calme.

Ils se rendirent sur la côte nord, faiblement peuplée, et continuèrent à discuter. De leurs mentors, de leurs tuteurs, de leurs parrains. Enfin, Lumenni surtout parla d'un homme-taureau, comme elle l'appelait, et de son parrain. Dans sa voix, il sentait toute la déférence, tout le respect qu'elle leur accordait.
Et elle lui avoua qu'ils étaient tous deux informés de la présence du couple sur la plage, isolés du reste du monde.

Un instant, le saltimbanque se sentit flatté, voire honoré. Il ne savait comment interpréter les choses. Lui accordaient-ils suffisamment de confiance pour ne pas venir veiller sur la jeune elfe de sang, oh combien inexpérimentée par rapport à l'assassin humain ? Nul doute qu'ils avaient entière confiance en leur jeune protégée. Mais même, par quelque magie sindorei, en contact permanent et à l'écoute d'un appel à l'aide, ils ne devaient pas manquer de savoir qu'en l'espace d'un souffle, il était capable de lui ôter la vie...

Une certaine forme d'impatience le gagnait tout de même.
La curiosité le gagnait lentement, l'envie de connaitre un peu plus avant cet homme-taureau et le parrain de la jeune elfe.
Mais il ne brusquerait pas les choses.
La curiosité est certainement un vilain défaut. Mais sans elle, parfois, l'on passait à côté de tant de choses...

S'il n'avait eu la curiosité de tenter d'entrer en contact avec ce charmant minois éclairé par les douces lueurs de la lune, un soir, au coeur des monts du Berceau de l'Hiver, jamais il ne se serait retrouvé à jouir de ces instants passés au coeur même du territoire de ceux que certains traitaient de traitres...

La lune brillait encore ce soir, et magnifiait ce visage qui semblait si fragile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cheveuxdefeu

avatar

Nombre de messages : 394
Age : 51
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Mer 18 Mar 2009, 18:05

(Iorne pense)

Quelle folie peut bien habiter Lumenni?
Folie, ou... Intérêt?

Ayant déjà du mal à démêler les écheveaux des sentiments des Taurens, il avait renoncé depuis longtemps à tenter de comprendre ces mêmes sentiments qui habitaient les elfes et qui régissaient si souvent leurs comportements. Tzymis qui se pavane dès qu'un minois féminin est à l'horizon, Bakhara qui, au plus fort d'un combat titanesque, se met soudain à l'écart pour se reteindre un ongle... Et qui devient folle de rage lorsqu'une bourrasque vient déranger sa coiffure.

Et Lumenni, maintenant... Qui s'affiche en public avec un humain en plein territoire de la Horde... Semblant ignorer que ce même humain avait très certainement du sang elfe sur sa lame - on ne progresse pas au niveau auquel celui-ci est parvenu dans la hiérarchie des Ombres sans avoir contribué d'une manière ou d'une autre à cette guerre incessante qui oppose les deux factions - et il n'a aucun mal à imaginer quelle peut bien être la manière qu'il a choisie...

Quoi lui dire qu'elle ne sache déjà? Depuis longtemps, il a compris que son innocence n'était qu'une façade - les combats qu'elle mène souvent toute seule en sont la preuve, et les nombreux ogres qui ont eu l'infortune de croiser son chemin en témoigneraient volontiers, s'il leur restait une tête pour le faire... Elle ne peut ignorer que l'humain est mortellement dangereux, et elle ne l'ignore pas. Elle ne peut ignorer qu'être vue en "sa" compagnie ne peut que la desservir vis-à-vis des autorités de Lune d'argent.

A quoi peut bien mener cette relation?
Si les temps avaient été plus cléments, on aurait pu rêver d'une idylle possible entre ces deux êtres de deux races après tout relativement semblables morphologiquement.
Mais ce n'est pas le cas, la période n'est pas propice - les cimetières sont remplis de rêveurs.

Il reste donc l'intérêt.
Lumenni a de manière évidente énormément à apprendre de la part de l'humain, Maître dans leur discipline commune. Nul doute que les méthodes enseignées aux adeptes des Ombres diffèrent selon que l'on les apprend dans la Horde ou dans l'Alliance.
Mais l'humain ne peut pas être dupe - il n'est pas fait du bois de ceux qui remplissent les cimetières. Il cherche donc lui aussi quelque chose - mais quoi... Que peut bien lui apporter Lumenni? Des secrets de la Horde? Il voit mal ce qui pourrait empêcher l'humain d'en découvrir infiniment plus que tout ce que pourrait lui rapporter Lumenni. Qui plus est, se montrer en sa présence ne peut qu'éloigner Lumenni des cercles décisionnels de la Horde - qui irait lui confier un secret en sachant qu'elle a des relations avec l'ennemi...

Il pousse un gros soupir. L'avenir le dira, après tout. Et si Lumenni est découverte la tête tranchée un jour, la difficulté sera de déterminer qui tenait le couteau - Horde ou Alliance. Mais c'est sa tête, elle a le droit de choisir qui la lui coupera, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Ven 27 Mar 2009, 09:16

Quel Thalas...
Une tour à la porte scellée, un ponton couvert de mousses, les colonnes en ruine d'un ouvrage qui devait être voué à quelque culte, ou peut être un simple balcon pour se détendre...
Autant de mystères à la fois inquiétants et fascinants...

Les recherches menées par le jeune homme l'avaient amené à faire d'étranges découvertes, et aiguisé encore plus sa curiosité...

Son allégeance aux autorités de l'alliance s'étaient très largement effilochées, certains le regardaient désormais une pointe de méfiance dans le regard. Mais le jeune homme s'en fichait. A vrai dire, les jeux de la politique, cela n'avait jamais été vraiment son fort. Les enjeux qu'il avait soutenu avec force prenaient soudain une tout autre tournure.

L'aveuglement est souvent la conséquence d'une trop grande confiance accordée. Et souvent aussi, lorsque cette confiance s'essouffle, la réalité des faits vient violemment frapper la conscience, pour peu que la conscience soit capable encore d'accepter les choses nouvelles. Au delà de l'embrigadement et des "lavages de cerveaux", les routines et l'exemple donné par les ainés compte pour beaucoup. Et les rancoeurs sont tenaces, les légendes vivaces. Qui aurait un jour le courage de remettre tout en question sans risquer de briser le faible équilibre qui les maintient dans leur petit confort ? Qui n'a jamais critiqué tout bas les efforts que Thrall et Jaina Porvaillant ont effectué pour que cesse cette guerre entre les peuples ?

Autant de liens ténus avec son passé que le jeune homme s'appliquait à dénouer.

Les enseignements des forains revenaient prendre le pas sur ce qu'il avait pu être, ce qu'il avait pu faire, ce qu'il avait pu protéger avec toute la hargne qu'il avait au fond de lui. Fils de Lordaeron, on lui avait fait entrer en force dans le crâne qu'il fallait à tout prix reprendre la cité. Mais qu'en restait-il au final ? Des ruines ? Dans quel but rebâtir cette cité au passé si tragique, si ce n'était pour des questions de fierté personnelle ?

Les réprouvés s'étaient installés dans les sous-sols. Ils s'étaient appropriés la cité, comme certains disaient. Mais pourtant, la plupart des réprouvés qui demeuraient la bas n'étaient-ils pas de leur vivant citoyens de Lordaeron ? Même s'il s'agissait d'une aberration, l'existence de ces non-morts, il fallait pour être honnête avec soi-même leur reconnaitre cette légitimité.

Pourtant... Qui faisait l'effort, hormis certaines factions aux buts bien précis, de s'ouvrir à ceux que l'on nommait "l'ennemi" ? Ces factions luttaient, qui pour endiguer l'invasion des Silithides et des Quirajis, qui pour la sauvegarde de leur peuple à terme condamné, qui pour que le passé lointain ne sombre pas dans l'oubli définitif...

C'était ce dernier point qui venait sans cesse tourner et retourner dans l'esprit du jeune homme... De la méconnaissance nait la méfiance, de la méfiance nait la défiance. De la défiance nait l'incompréhension. De l'incompréhension nait le conflit.
Combien de fois s'était-il retrouvé à accomplir telle ou telle mission sans se préoccuper du point de vue de l'adversaire de son donneur d'ordre ?

Depuis qu'il menait ses recherches, il soulevait des pans entiers de zones d'ombres dans l'histoire d'Azeroth. Il n'en avait que la vision parcellaire des autorités humaines. Pourtant, à force de côtoyer les nains, et leur insatiable curiosité, il en était devenu curieux lui aussi...

Aussi il aspirait désormais à en apprendre plus, quitte à ce que cela lui vaille d'être regardé de travers par ces ordres rigides aux idées préconçues.

Quel Thalas. La cité des hauts-elfes... Qui était le plus à même de lui en apprendre plus sur eux si ce n'étaient leurs descendants ? Sindorei et Kaldorei, c'est de ce côté là qu'il allait chercher maintenant... Mais pour autant, si les elfes de la nuit s'ouvraient aux humains, parfois avec difficultés, mais sans aggressivité, il en était autre chose pour les elfes de sang... Bien que s'étant forgé une réputation plaisante auprès des Clairvoyants, ils n'en représentaient qu'une infime partie...

Pour le reste, seule la douce et intrépide Lumenni pourrait encore lui ouvrir les portes de son histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norash

avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Mar 31 Mar 2009, 18:18

Il lui a toujours été difficile d'admettre certaines réalités. Les temps changeaient, les êtres aussi.
Le vieux tauren était un peu bourru mais surtout borné. Trop attachés à une vieille rancune qui l'avait dévorée au long des années. Pourtant, depuis peu, sa vision des choses devint doucement une question existentielle, se posant là comme un cheveux sur la soupe. Ce n'était pas grâce à ses efforts personnels qu'il avait évolué intérieurement, puisqu'ils étaient inexistants, mais plutôt grâce aux autres.

Tout avait commencé avec une jeune elfe de sang qu'il considérait comme sa propre fille. Elle était partit au bras d'une de ses créatures de la nuit, de ceux qui défendent la bannière bleue et jaune à tête de lion. Au fil des années, il fini par se lier avec certains de ces êtres à la peau bleue en fréquentant le Cerlce Cénarien auquel il se sentait proche, et quelques rares d'entre eux finirent par devenir de véritables amis.

Il lui était pénible de se voir changer ses idéaux, son but qu'il s'était fixé, alors qu'il s'était longtemps conforté dans une colère viscérale l'empêchant de trouver la paix et ranimant de vieilles cicatrices chaque nuit, à l'issu de cauchemars odieux.

Vivre enfermé dans son passé peut revenir à ne pas vivre du tout.


Cette fameuse soirée où l'Alliance et la Horde s'étaient rassemblées, non pour unir leurs forces dans un ultime combat contre un ennemi commun, non par obligation, mais pour une simple promenade de santé, fut un nouveau tournant dans la vie du chasseur.
Parfois, quelques désires sanguinaires se faisaient ressentir, mais tout c'était déroulé comme si jamais il n'y avait eut de conflits entre les deux factions.

Est-ce que seulement il aurait, un seul instant, crut cela possible, si cette soirée n'avait jamais eut lieu ?
Non, bien évidemment...

Et pourtant, elle a eut lieux, et toutes les idées qu'il s'était alors encré dans la tête s'étaient évaporées en un rien de temps.

Encore une fois, des êtres se sont rencontrés, dévisagés, rapprochés...

Une jeune naine brunette aux épaisses tresses tombant sur sa poitrine de sa menue personne, prêt de qui il s'était adossé au mur, l'avait passablement marqué. Celle-ci avait plusieurs fois rougit et sourit en le voyant, d'un air parfaitement enfantin et sincère, quoi que profondément intimidée, ce qui avait ébranlé la carcasse stoïque et peut-être trop désinvolte du tauren. Une petite personne qui n'avait pas un seul instant montré un quelconque signe de peur ou de défiance, l'idée même qu'il aurait pu la blesser d'un sabot maladroit n'avait pas semblé l'avoir effleurée. Elle était restée calme et rougissante lorsqu'il était à côté d'elle, ne cherchant pas à fuir.

Il y avait aussi ce jeune humain à la crinière aussi blonde que les blés sous un soleil aux zéniths. Il l'avait déjà vu, il y a longtemps, alors qu'il s'était risqué, comme bien des fois, à pénétrer dans la forêt d'Elwynn pour y retrouver une connaissance. Le jeune homme n'avait pas donné l'alerte, il l'avait même gratifié d'un salut aimable et solennel.

Ce soir là, entre les montagnes séparant Sombrivage du Berceau de l'Hiver, parmi les trolls festoyant, l'humain avait cherché à se lier à Lummeni, cette petite elfe de sang que le chasseur avait parfois la chance de côtoyer.
Depuis sa rencontre avec sa fille adoptive, Görff éprouvait souvent un désire instinctif de veiller sur les elfettes de sang qu'il fréquentait, de les protéger, bien qu'il ne le montrait pas toujours. Et ce soir là, étrangement, il s'était sentit en confiance, et savait que rien de troublerait les festivités.

Mais son esprit n'était pas tout à fait apaisé. Un petit quelque chose au fond de lui restait tenace. Un doute, une crainte, peut-être infimes, mais c'était là.
Görff ne connaissait pas l'humain et ignorait si il se jouait de la jeune Lumenni ou bien si il était vraiment sincère. Cela ne concernait pas le tauren, il ne désirait pas s'en mêler plus que ça pour ne pas offenser qui que se soit ou avoir l'air trop oppressant.
La voleuse était suffisamment adulte pour faire ses choix...


Alors que le quartier de lune s'élevait au-dessus de Durotar, le chasseur entonna une petite prière envers les éléments, afin qu'ils veillent sur la jeune elfe. Le vent nocturne emporta son murmure jusqu'au large de la Grande Mer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazaar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Lun 27 Avr 2009, 11:25

Le soleil pointait le bout de ses rayons sur Cabestan.
Déjà pourtant, l'agitation gagnait sur le port. Les premiers navires n'allaient pas tarder à accoster, et tout devait être prêt pour que le moins de temps possible ne soit perdu entre chaque transbordement.
Assis à une table en terrasse, le saltimbanque sirotait tranquillement un verre de lait frais, accompagné de ce pain incomparable provenant des contrées tauren.
Deux gobelins, visiblement harassés par leur labeur matinal, venaient chercher un peu de réconfort dans une bonne bière fraiche importée de Dun Morogh, la chaleur ne s'étant pas faite attendre malgré l'heure matinale...

- T'as entendu parler ? Un massacre ! Ces gars au tabard pourpre ils ont fait un massacre sur les terres de l'est...

- Nan ?

- Si si ! Une véritable boucherie ! Les deux troupes s'attendaient, pi elles se sont misent en marche, et les gars de l'alliance ils ont massacré les autres, sans pitié...

- Les autres ? Quels autres ?

- Y'avait des gars d'chez les Korrigans... Et 'pi quelques elfes de sang aussi... Y'en avait même un des elfes, qui se cachait derrière toutes sortes de démons à ce qu'on m'a dit ! Un beau gosse d'après leurs critères...


Le gobelin esquissa une espèce de mine dégouttée, témoin que ces gouts la ne correspondaient certainement pas à ses propres canons en matière de beauté...

- Z'avaient l'air mal en point les survivants chez les Korrigans et leurs alliés...

- T'sais pourquoi ils se sont battus ?

- Nan... Une vielle querelle surement...

- 'Vont pas nous réveiller une nouvelle guerre quand même ?

- Va savoir...


Le saltimbanque écoutait sans trop d'attention, jusqu'à ce que la voix du contremaitre ne résonne depuis les quais, rappelant à l'ordre les deux manœuvres en pause écourtée... Il attrapa celui qui avait lancé la conversation par le bras, lui imprimant une pression suffisante pour qu'il prenne conscience du sérieux de la question à venir...

- Tu as parlé des Korrigans et d'un sindorei démoniste... Tu connais son nom ?

- Tsumiche ou quelque chose comme ça, j'ai cru entendre...

- Il était seul ?

- A s'k'on ma dit, y'avait plusieurs elfettes avec lui...

- Une brunette habillée de cuir, et maniant les mêmes... talents que moi ?

- J'croie oui... p'tet' bien...


Le saltimbanque relacha sa pression, le regard largement au dessus du gobelin. De sa main libre, il tendit sans le regarder une pièce d'or au gobelin, qui s'en empara et s'esquiva rapidement...

Le verre de lait était maintenant vide, et il ne restait du pain épicé que quelques miettes sur la table. L'humain se leva, contempla quelques instants l'activité maintenant frénétique sur le port, puis se dirigea vers le comptoir...

Il demanda de quoi rédiger quelques mots...

Spoiler:
 

Il remit le pli scellé au tavernier, accompagné des consignes pour le faire transiter jusqu'à son destinataire, avec la discrétion dont il pourrait se montrer capable... Au pli, il joignit une poignée de pièces d'or... "pour les faux frais"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cheveuxdefeu

avatar

Nombre de messages : 394
Age : 51
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Lun 27 Avr 2009, 14:37

Un dernier coup d'aile, et le corbeau à l'amulette atterrit devant l'auberge des Anciens.
Il secoua ses plumes, et se transforma en tauren - son pelage noir ne laissa place à aucun doute, Iorne était revenu de son voyage.

Il entra dans l'auberge, et rencontra Nour, fort occupé à nettoyer le sol avec vigueur et colère. La couleur de l'eau au fond de son seau, ainsi que l'odeur subtile qui régnait dans la salle commune, ne laissait aucun doute: du sang avait coulé. Pourtant, le mobilier semblait intact - ce n'était donc pas en raison d'une bagarre de taverne. Le regard que lui lança Nour dissuada Iorne d'entamer la conversation, mais un coup d'oeil sur le tableau d'affichage mit les pièces du puzzle à leur place: les Korrigans et l'Ost Pourpre avaient combattu - et ils avaient demandé de l'aide...

Iorne poussa un grand soupir. Ce n'était certes qu'une écharde de plus dans ses rêves d'unité des peuples vivants pour lutter, contre le Fléau et Arthas le maudit, mais une écharde quand même. Quelques gouttes de sang dans un océan. Mais quelques gouttes qui certainement allaient en entraîner de nouvelles.

Epuisé après son voyage, il décida de remettre au lendemain les explications sur les raisons qui avaient poussées les Anciens à s'en mêler. Partenaires ou pas, il n'avait jamais été question de suivre ses alliés sur le chemin de la guerre contre l'Alliance - il fallait que la raison soit importante pour mener sur cette voie les résidents de l'auberge.

A peine eût-il franchi la porte de sa chambre qu'il s'écroula dans son lit, les longueurs heures de vol pesant lourdement sur ses membres fatigués. Ses yeux se fermèrent d'eux-même, et le sommeil le saisit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2326
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: En terre hostile...   Lun 27 Avr 2009, 15:25

Il regardait les jeunes femmes courir derrière leurs œufs, oublieuses de leurs contusions et de leurs blessures, physiques et morales.
À qui un lapin, à qui une robe, et, petit à petit, les échos des combats se diluaient dans les brumes du souvenir et les sourires refleurissaient.

Le combat avait tourné au massacre ...
Les Korrigans n'étaient pas prêts et ce genre de lutte n'avait jamais été du goût des Anciens.
Certains de ces derniers connaissaient les arcanes de ce genre de combat, ce n'était sûrement pas son cas ... son apport avait été plus que négligeable et ses erreurs innombrables.
Un combat se menait à distance, lorsque l'ennemi ne s'y attend pas et se limite à frapper fort là où est l'ennemi est faible.
Mais il avait pris la responsabilité d'accepter le combat.

Il savait l'Ost Pourpre puissante, la présence des Widlhammers montrait que leurs dirigeants étaient bien plus expérimentés et organisés qu'il ne l'imaginait.
De redoutables adversaires ...

* La Horde a perdu de son âme ... comme toujours en ces périodes de découverte de nouvelles terres.
Les Briznuks n'étaient plus et ceux d'entre eux qui étaient restés se retiraient de plus en plus de ce monde. *


Le tiers, voire la moitié des Anciens actifs étaient venus ... toutes de charmantes représantantes ...
Elles ... et la Voyageuse.
Mais ni les Tomahawks, ni les Phénixs ...

Il sourit cyniquement à cette idée.

* Mmmhhh ... que penserait Nox s'il savait que Cendresang avait abandonné la Dame Sombre face à l'ennemi ? *

Il ramasse négligemment l'œuf dans le puits.

*Et je n'ai pas été très honnête dans toute cette histoire. *

Non ... je n'ai pas été très honnête et j'ai profité de l'absence des Grands Anciens.

Gagner n'avait jamais été une option.
Le combat était mal engagé, dès l'origine ... on ne cherche pas des alliés à la veille d'un combat.
Mais la politique exige parfois de devoir perdre pour gagner et l'Ost Pourpre était un parfait ennemi pour cela.
Quel membre de la Horde ayant un ami réprouvé pouvait laisser ceux-ci mener à bien leurs projets sans se sentir concerné ?

Les Korrigans étaient une guilde avec laquelle les Anciens avaient quelques affinités et cela devenait rare de nos jours ... trop rare.
Et s'il fallait payer avec du sang la création d'un lien qui ouvrirait peut-être d'autres voies dans l'avenir, autant payer ce prix plutôt que de dépérir.

* Nous avons perdu un combat ce soir, mais les Korrigans sont désormais nos débiteurs.
À nous d'utiliser cela à bon escient ... *


Il rend un baiser à la belle elfe et regarde deux lapins en train de ... d'opérer à quelque échange

* Heureux soient les innocents. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En terre hostile...   

Revenir en haut Aller en bas
 
En terre hostile...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wouha Pandawa terre level 60/Full xP en Pano
» Nouveau spot? [Xp panda terre, eau, et air]
» Un panda feu/terre lvl 80 va naître
» Kipolata Panda Terre 16x
» CaC pour bi-élément feu/terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Les Anciens I :: L'accueil [public] :: Le bar [RP]-
Sauter vers: