I Les Anciens I

Forum de la guilde Horde - Confrérie du Thorium
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tzymis (par lui-même)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Tzymis (par lui-même)   Mar 14 Oct 2008, 10:42

Je vous sais curieuses de nature, il me semble donc opportun de vous parler d'un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur : moi.

Passons rapidement sur mes plus jeunes années qui n'ont rien de très particulier.
Conçu par devoir, né parfait au sein d'une race parfaite, ma vie a été bercée par le luxe et la volupté.

Mes parents étant le plus souvent absents, parcourant le monde pour quelque exploit, ce furent les nourrices qui s'occupèrent de moi la majeure partie de mon enfance dorée et insouciante. Très tôt, j'ai stupéfié ces dernières par ma vigueur, ma curiosité et mon imagination, des dons innés alliés à une fermeté précoce qui ne cesseront de se développer et de provoquer l'admiration.

Certains pourraient sourire de mon innocence enfantine lorsque j'habillais et déshabillais ces jolies poupées, mais j'ose penser que les soupirs de ces dernières étaient des marques d'assentiment. Quoi qu'il en soit, il doit y avoir une part de nostalgie dans mon goût pour parer comme il se doit les créatures de rêve que je rencontre (et une préférence marquée pour les ensembles coordonnés, les corsets, les tabliers de dentelle et les bottines à lacets).

Arrivé à l'orée de l'adolescence, on se rendit compte par hasard que mes parents n'étaient plus revenus en notre domaine depuis plusieurs années.
Dès lors, soumis au tutorat des Magistères de Lune-d'Argent, je fus sommé de choisir une carrière pour servir la glorieuse destinée de notre glorieux peuple et fus envoyé à l'Île du Haut Soleil pour y subir une formation adaptée.

À vrai dire, je suis devenu par démoniste suite à un quiproquo.
Accompagné de plusieurs autres enfants, je dus assister à une série de conférences pour le moins ennuyantes, d'autant que mes compagnes de classe étaient bien plus en retard que moi sur de nombreux points.
Ce fut donc d'une oreille distraite que j'entendis un elfe de sang plutôt pâle et aux yeux injectés de sang nous évoquer les avantages à devenir une "Incarnation du Mal".
Occupé à cet instant par jauger la taille du bustier de ma voisine et de me rendre compte à regret qu'il n'y aurait pas grand-chose à y placer, je compris les mots "incarnation du mâle", une voie qui semblait parfaitement adaptée à mes nombreuses qualités naturelles.
Les quelques années qui suivirent me permirent de corriger cette erreur et je puis à présent jauger sans peine les caractéristiques d'un bustier (et de leur contenu) tout en suivant avec attention une conférence.

Mon maître était plutôt ennuyant.
Démoniste porté sur la tradition, il pensait que l'obscurité, les catacombes, les toiles d'araignées et la cuisine nécromante étaient un prérequis à son art. Par un paradoxe amusant, je vécu mon apprentissage initial sur l'ile dite du Haut Soleil sans en voir un rayon.

Trois choses me sauvèrent d'un ennui mortel.
Les pertes de mémoire d'un Maître un peu gâteux qui lui faisait oublier de renvoyer ses succubes, une charmante esclave draeneï qui m'initia aux coutumes de son peuple (notamment en matière de câbles gobelins et de beurre) et la fille de mon Maître.
Ce dernier semblait avoir dans l'idée que je devais, comme tout bon apprenti, marier sa fille, une idée un peu trop dangereuse à mon goût. Certes, elle ne manquait pas de charme, mais elle avait une façon bien à elle de vouloir jouer au docteur, comme l'appris malheureusement notre charmante esclave draenei.

Mon apprentissage prit subitement fin peu de temps après ce dernier incident, lorsque mon maître invoqua un garde funeste en lieu et place d'une succube, ce que le démon n'apprécia guère.
Certains pourraient dire que cette erreur était liée à la préparation à base de champignons que je lui donnais peu avant qu'il ne commence ses travaux, mais l'effondrement de la voute des catacombes sur le laboratoire tandis que le démon s'en retournait dans sa dimension avec ma désormais ex-future-fiancée empêche hélas d'approfondir cette question.

Quoi qu'il en soit, c'est ainsi que je retrouvais la lumière du jour et que je fis la connaissance des splendides soeurs jumelles Bakhal et Bakhara, deux elfes de sang magnifiques qui ont eu la chance de me rencontrer et que je me ferais une joie d'initier aux plaisirs de l'existence.
Alternativement ou simultanément.

Mmmhhh ...
Pourquoi limiter un choix par "ou" alors qu'il existe des "et" ?

Spoiler:
 
Portrait d'Ëlvÿra, la fille de mon ancien Maître, par un peintre daltonien


Dernière édition par Tzymis le Lun 10 Nov 2008, 13:15, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Jeu 16 Oct 2008, 12:54

Une compilation d'œuvres diverses déjà vues et revues, mais pouvant vous aider à mieux comprendre ma personnalité riche, complexe et pourtant si sensible.
Largement connues par les anciens Anciens, peut-être moins par les nettement moins anciens Anciens.


Spoiler:
 


Dernière édition par Tzymis le Mer 15 Avr 2009, 08:22, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Ven 17 Oct 2008, 11:57

Il s'arrête un instant devant le seuil écroulé, prend une dernière gorgée d'air frais, hésite une fraction de seconde avant de s'élancer dans les profondeur.

Dieux que cet endroit est détestable.

À première vue, les habitants sont plutôt sympathiques, raisonnables et cultivés, dotés d'un agréable sens de l'humour noir.
Mais leur cité ...

D'accord, la mort ne doit forcément être une partie de plaisir lorsqu'au lieu d'un repos bienvenu on doit chaque matin chercher sa mâchoire en espérant qu'un rat malade et agonisant ne l'ait pas bouloté, mais est-ce une raison pour faire de cet endroit quelque chose d'aussi sombre, déprimant et presque aussi puant qu'un village troll ?
En quoi cela les aurait-il gêné de vivre à la surface ?
Ils ne risquent pas les coups de soleil à ce qu'il me semble et cela éviterait de recycler l'air avec un collecteur d'égoûts.

"Ce soir, chérie, je t'invite à un tour en gondole sur le Cloaque".
Avec une bouteille de pus, un cornet de d'asticots et un bouquet de ronces ?

Se concentrer sur quelque chose d'agréable ... Ne pas quitter Bakhara des yeux.
Son dos nu et musclé qui s'étend jusqu'à une taille fine et très basse, ce charmant haut qui découvre un peu de ses charmes à chacun de ses pas, ses glob ...

Zut, ma respiration est en train d'accélérer et ce n'est vraiment pas l'endroit pour cela.

Et ce dédale ...
Quitte à vivre terrer comme des rats dans un trou puant, autant en faire baver les visiteurs ?
On est mort et on on va vous faire regretter d'être vivant ?
Le cauchemar ne fait que commencer et on va s'arranger pour faire pire ?

Mmmhhh ... Bakhara s'est encore perdue dans le donjon.

Dire qu'il est possible d'aménager un donjon de façon si ... intéressante, adapté à des tortures bien plus ... subtiles et délicates ... pour le plaisir de tous.
Et cette façon de traiter les prisonnières ... Ce n'est pas un donjon, mais une boucherie !
Quel gâchis si on considère l'attirance que ce lieu semble exercer sur Bakhara.


Il soupire.

Je déteste, je méprise, j'abomine, j'execre, j'abbohre, je honnis et je hais cette cité !
Je la vomirais bien, mais personne ne verrait la différence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Jeu 23 Oct 2008, 10:04

Mon père au sourire si doux.

L'image peut surprendre, mais mon père était un être toujours souriant, à l'écoute de ses concitoyens, toujours prêt à venir en aide à son prochain.
Doté d'une solide formation en prêtrise, il s'est spécialisé en médecine et en chirurgie dans le but d'aider ses semblables, de soulager les souffrances de ceux-ci, à commencer par les Déshérités.
Soucieux du bien-être de mon peuple et désirant trouvé un remède contre le Mal de Magie, il se plongea corps et âme dans ses recherches, engloutissant la fortune non négligeable de notre lignée dans la transformation et l'agrandissement des fondations de notre manoir pour les transformer en laboratoire.

C'est là qu'il passait la plus grande partie de ses journées et de ses nuits, à découper et autopsier ses spécimens dans le but de trouver à l'intérieur de ceux-ci des indices quant au lien existant entre magie et organisme elfique.
Souvent préoccupés par ses recherches, mais désireux d'être un bon père, il essayait autant que possible de participer aux repas familiaux, et le voir arriver à table avec sa blouse et ses gants de travail donnait à l'enfant que j'étais tout son sens au mot "elfe de sang".

Ses recherches l'amenèrent à s'intéresser de plus près aux travaux de la Société des Apothicaires de Fossoyeuse et il fut le premier non-réprouvé à obtenir le titre envié de "Maître-Apothicaire" auprès de cet ordre prestigieux.
Sous cette nouvelle impulsion, il orienta ses recherches sur l'interaction du vivant et de la magie et entreprit des recherches plus approfondies sur des spécimens qu'il s'appliqua désormais à garder vivants aussi longtemps que possible tandis qu'il observait et analysait leurs organes internes.
Soucieux de me donner une bonne éducation malgré ses nombreuses absences, il n'a jamais manqué, dès mon plus jeune âge, de me faire participer à ses séances de vivisection, à m'apprendre l'art subtil du scalpel ou du rabot, m'expliquant avec soin la fonction de tel ou tel organisme palpitant, des réactions amusantes que la manipulation de tel ou tel nerf pouvait induire et de l'importance d'user de drogues minimisant les mouvements du spécimen étudié tout en lui laissant la conscience nécessaire pour percevoir et réagir mentalement à son environnement tandis que l'on fouillait ses entrailles.

S'il ne rencontra jamais de difficultés à se procurer des Déshérités ou des Trolls, il en alla tout autrement en ce qui concerne les Elfes de Sang, ce qui l'obligea, à son grand regret, à se rabattre sur les Elfes de la Nuit, des créatures qui présentaient certes des similitudes avec notre peuple, mais qui selon lui avait perdu cette affinité naturelle avec les champs de magie.
Comme il n'aimait guère quitter son laboratoire en plein milieu de ses recherches, il s'organisa avec beaucoup d'ingéniosité à minimiser les sources d'interruptions possibles, ce qui me permet aujourd'hui, à la question "l'elfe est-il bon ?" de répondre "ça a le goût de poulet" et d'apprécier l'importance d'une bonne mayonnaise un peu piquante.

Lorsqu'il apprit l'ouverture d'un portail vers l'Outreterre, il vit là l'occasion d'étudier de plus près le développement des organismes elfiques dans un fort champ de magie et partit vers ces terres lointaines pour y mener de nouvelles recherches.

Ce fut la dernière fois que je le vis.


Dernière édition par Tzymis le Mar 11 Nov 2008, 14:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Ven 07 Nov 2008, 13:54

Ma mère partageait avec mon père sa passion pour les recherches sur les problèmes de mana, mais par forcément dans les mêmes buts.

Grande, mince et blonde, renommée pour sa grâce et sa beauté dont j'ai largement hérité, ma mère fut une enfant précoce, toujours très attentive aux divers moyens propres à capturer l'attention sur sa personne et ne reculant devant aucun moyen pour arriver à ses fins.

Déclarée Reine de Beauté à sa naissance, elle savait se vernir les ongles avant de savoir marcher et passait son temps à coiffer et maquiller les têtes décapitées qu'on lui fournissait gracieusement, à la plus grande joie de son entourage qui décidément trouvait cela trop mignon. Adolescente, elle était en permanence entourée d'une cour fort nombreuse prête à satisfaire ses moindres et n'échoua jamais à un seul de ses examens, à la condition expresse de la laisser seule pendant un moment avec le, la ou les examinateurs.

Considérant toutes ces qualités, la surprise fut grande lorsqu'elle déclara vouloir épouser mon père, un être plus âgé et plutôt discret qui ne brillait pas par son aspect physique. Ce dernier ne fut d'ailleurs pas le moins surpris pas ce choix étonnant.

Comme souvent, l'aspect tend à induire les gens en erreur et de nombreuses gens sous-estimaient la volonté de ma future génitrice à garder intact autant que possible et aussi longtemps que possible les atouts que la nature lui avait donné. Donc, après avoir épuisé les remèdes habituels (bains de sang de jeunes esclaves, extraits de glandes de nouveaux-nés et autres recettes typiquement féminines), sa réflexion se porta sur l'influence des courants magiques sur notre race et après quelques études sur ce sujet, décida que le moyen le plus efficace pour obtenir quelque résultat valable était encore d'épouser un spécialiste reconnu dans ce domaine.

Mes parents étant respectueux des coutumes, je fus donc conçu par devoir, quelque part entre une recherche complexe et une mise-en-pli qui ne l'était pas moins.
Bien que ma mère ait pour le moins détesté les contraintes que cela lui imposa pour retrouver sa ligne et son élégance, elle n'en fut pas moins très attentive à me donner une éducation de qualité qui porte ici et là son empreinte, à commencer par mon goût des beaux atours. Je regrette néanmoins ses concepts rigides sur la dignité raciale lorsque décidant de m'initier aux choses de la vie de façon précoce, elle m'obligeait à tuer mes partenaires au petit-matin sous prétexte qu'une esclave ne devait pas toucher un elfe de sang. Une corvée salissante qui explique probablement mon peu d'entrain aux petit-déjeuners.

Alors que mon père était plutôt un solitaire en raison de ses recherches, ma mère ne manquait pas d'avoir une vie sociale fort active et une position importante au sein de notre communauté.
Elle a participé à l'embellissement des rues de notre si belle capitale en tant que présidente de la "Société de Sauvegarde" où elle eut la lourde de tâche de diriger la présentation et la sélection des nouveaux-nés, ainsi que de leur possible élimination pour tares incompatibles avec la pureté de notre race. Une œuvre qui la tenait tout particulièrement à cœur et à laquelle elle se voua toute son énergie.
Sportive, elle lança la mode de la chasse aux Déshérités, même si par la suite, sous l'influence de mon père, l'écorchage fût remplacé par la capture à des fins de recherches.
De plus, ses fêtes très particulières étaient renommées auprès des puissants de Lune-d'Argent ayant des penchants pour les délices exotiques et les faveurs qu'elle obtenait en échange d'une invitation aidèrent grandement mon père dans ses recherches les plus compliquées. D'ailleurs, elle n'hésita jamais à se dévouer personnellement pour faciliter ces dernières.

Quoi qu'il en soit, et inquiète de l'avancement des travaux de mon père, elle décida de quitter le luxe et la volupté de sa cité natale pour l'accompagner en Outreterre où elle espérait bien pouvoir l'aider au mieux de ses possibilités dans des recherches qu'elle espérait enfin voir aboutir.

Spoiler:
 
Mère en tenue de soirée prenant la pose pour se repoudrer.
Mère prenait toujours la pose, quoi qu'elle fasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Ven 28 Nov 2008, 11:55

Un petit mot peut-être sur mon nom.

Bien entendu, il ne s'agit pas de mon nom d'origine, cette collection de titres et d'antiquités linguistiques qui sert d'arbre généalogique et dont nombre de mes concitoyens sont si fiers de placer dans une conversation.
Pour ma part, je préfère me présenter sous mon nom de démoniste, préférant faire mes preuves au travers de mes propres actions plutôt que de faire appel à mes ancêtres.

Le choix du nom d'un démoniste est une chose bien plus délicate que ce que l'on pourrait penser, car le pouvoir du démoniste est lié aux noms.

Pour le commun des mortels, il suffit d'un fragment d'âme pour invoquer un démon, il oublie trop souvent que le fragment n'est jamais qu'un appât qui n'aurait pas la moindre utilité si la créature n'avait été liée au préalable et si le démon est une créature plutôt simple, il est aussi une créature puissante qui ne peut être lié que par la force.
Paradoxe amusant, le démon est souvent supérieur en pouvoirs à celui qui désire le lier et c'est en cela qu'il révèle le bon démoniste du mauvais.

Donc, le lien ne peut se créer que par la coercition et il n'existe que deux moyens connus pour obliger un démon : avoir en sa possession un objet contenant l'essence du démon ou connaître son vrai nom.
Le démon est certes souvent stupide, mais pas imprudent, et préfère mettre l'essence de son être en lieu sûr, le plus souvent dans un objet anodin d'aspect qu'il prendra grand soin de dissimuler. L'essence de son être peut également être qualifiée par un nom, un ensemble de syllabes dont la résonance parmi les courants magiques donne existence à ce qui ne serait sans cela qu'un amas informe d'énergie chaotique.
Dans les deux cas, trouver ce moyen de pression demande de longues, difficiles et parfois coûteuses recherches, mais reste néanmoins le prérequis obligatoire à notre art.

Une fois l'un de ces moyens à notre disposition, il s'agit alors de créer un contrat en bonne et dûe forme, un contrat qui ne nous lie pas seulement par le sang, mais également au niveau de notre être. Et pour ce faire, pour qu'un tel contrat soit valide, il nous faut pouvoir le signer d'un nom qui a un sens démoniaque.

Mon nom est lié à une très ancienne et très lointaine race d'humanoïdes qui ont amené l'art de la chirurgie plastique dans ses ultimes retranchements.
Une race pour qui modifier le corps pour des raisons pratiques et esthétiques était devenue chose courante et qui ne concevait cet art que si chaque sens participait à la transformation, en commençant bien entendu par le plaisir et la douleur.
Une race qui a poussé par jeu et par passion la notion de beauté et de laideur physique dans ses ultimes retranchements, tout comme elle a repoussé les limites de ce que pouvait être le plaisir ou la douleur physique.
Une race capable de créer une créature si belle qu'elle vous rendra fou ou si laide que votre esprit s'en trouvera brisé.
Une race qui s'est forgée sa place parmi les démons, en choisissant de le devenir.

Un je-ne-sais-quoi dans cette race a attiré mon attention et le choix de mon nom en a très naturellment découlé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Mer 04 Mar 2009, 13:15

Je me rends compte que certains d'entre vous semblent parfois surpris par certains de mes ... points de vue. Je vais donc essayer de clarifier certains détails me concernant.

Je pense que la façon la plus simple de me décrire (en dehors de mon charme inné) est encore de me considérer comme fou.
Cela dit, j'ai peur que cela ne vous induise en erreur (une particularité partagée par beaucoup de mots).
Disons que je suis Tzymis ... mmmhhh ... contentez-vous de considérer le dernier "s" de ce nom.

Celui que vous avez l'occasion, voire pour certaines le plaisir, de cotoyer est plusieurs.
Il n'y a pas un Tzymis, il en existe un grand nombre ... probablement une infinité.
Je vois que certains d'entre vous frémissent à cette pensée (de façon différente il est vrai), mais je vous rassure, tout cela n'est vrai qu'à l'intérieur de moi-même. À vos yeux, je semble être un.

Cela fait longtemps que j'ai préféré suivre en moi-même des chemins variés et il faut avouer que je maîtrise cela fort bien.
Je suis un être qui aime torturer d'autres créatures, voire de charmantes damoiselles, et qui apprécie la cuisine cannibale (l'un allant parfois avec l'autre).
Je suis un être égoïste et prévenant, abject et charmant.
Je suis un être qui a déjà tué un certain nombre d'entre vous et qui est mort bien des fois de vos mains.
Je suis un être qui a fait des choses délicieuses ou répugnantes avec certaines d'entre vous.
Je suis un être qui sait se tenir en société ou se laisser aller.
Je suis un être à qui vous confieriez votre vie ... ou qui vous l'a déjà prise.

Je suis cet être et j'avoue que j'aime me promener en moi-même, sur telle ou telle branche de mon Silong personnel, sauter de l'une à l'autre.
Certains Tzymis ne se sont guère exprimés depuis fort longtemps, parce que je n'en vois pas l'utilité ou parce qu'ils ne paraissent pas de circonstances, mais cela ne signifie pas qu'ils n'existent pas.
Ils continuent à suivre leurs voies, certaines se terminant abruptement (souvent de façon fort douloureuse), d'autres m'amenant dans des régions magnifiques, terribles, curieuses ou même incompréhensibles. Mais ils existent tous, autant que j'existe.

Mais quoi qu'il arrive, je conserve toujours soigneusement ma faculté à choisir quel Tzymis je suis.
C'est là mon talent.

J'ai dit que cela n'était vrai qu'à l'intérieur de moi-même ... ce n'est pas tout à fait vrai.
En ce monde, différencier ce qui est de ce qui n'est pas est bien plus difficile que nombre d'entre vous ne veulent bien se l'avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Mer 11 Mar 2009, 10:20

Bonjour à nouveau, charmante lectrice,
Toujours cette même curiosité quant à la nature de mon jeu ?

Je sais être désagréable lorsque cela me semble nécessaire ou amusant, mais je ne commets pas l'impudence de sous-estimer mes interlocuteurs lorsqu'ils ne cèdent pas aux apparences. Je sais alors être charmant, prévenant et délicat.
Je suis avant tout un homme de goût aux moyens conséquents.

Je parcouru tant de voies de ce monde, ou du mien, et j'ai goûté à tant d'âmes que je sais apprécier la pureté à sa juste valeur. Sans elle, les choses auraient moins de saveur et elle se doit d'être conservée le temps nécessaire pour obtenir l'effet désiré.

Quelle délicate ironie que de voir quelqu'un céder à la corruption en connaissance de cause plutôt que de le laisser commettre des atrocités par ignorance.
Et quelle charmant éclair de naïveté dans le regard lorsque la victime espère une lumière rédemptrice qui viendrait la délivrer de ses fautes.
Je professe la perversité, mais qui de vous ou de moi est le plus grand assassin ?

J'aide et je préviens, mais je sais que tout cela est inutile.
Le faux pas est inévitable et c'est cela qui rend la chose si plaisante à vivre.
Nul besoin pour moi de forcer le destin, laisser les évènements suivre leur cours suffit amplement à satisfaire certains de mes penchants.

Et tandis que je regarde les âmes tomber, je reste ce que je suis ...
Un homme de goût aux moyens conséquents.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldjin

avatar

Nombre de messages : 2312
Age : 52
Localisation : Un rêve ou un autre
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   Jeu 09 Avr 2009, 09:47

Journal de bord du démoniste Tzymis, quelque part au printemps.

Après bien des hésitations, je me suis décidé à partir à mon tour pour le Grand Nord.
Non pas que ce soit indispensable à ma carrière (les nouvelles reçues ne parlent toujours pas d'une réconciliation fraternelle avec les draeneïs), mais Bakhara ne cesse de devenir plus glacée et il est temps d'apporter un peu de chaleur dans ces contrées.

Parti d'Orgrimmar, je suis tout naturellement arrivé dans un lieu bruyant, sale et puant qui fait immanquablement penser à un refuge nain en moins civilisé (cela peut paraître impossible, mais il ne faut jamais sous-estimé la capacité d'un orque à concevoir un endroit invivable).

L'endroit est sur le pied de guerre et est dirigé par un abruti de toute première grandeur qui donne irrésistiblement envie de s'allier à Arthas dans le seul but d'éliminer ce crétin de la face d'Azeroth.
Heureusement, son conseiller tempère quelque peu cette première impression désagréable et j'avoue que je serais curieux de savoir si Nour a des relations avec ce dernier.

Remarquons au passage que les orques sont capables d'ériger une citadelle dans un lieu assiégé (après avoir visiblement reçu une monumentale raclée sur leur lieu de débarquement) et d'oublier d'équiper celle-ci de portes.
Il est probable que la perspective d'apprendre à utiliser une poignée dépassait leurs maigres capacités intellectuelles et que devoir remplacer des portes défoncées à longueur de journée était une gêne au vu des maigres ressources locales.

Comme de bien entendu, l'enseignement auprès des Maîtres de professions locaux dépassent largement ma maîtrise précédente des arts de la couture et de l'enchantement.
Mais si l'endroit parait plus puissant, je ne suis pas encore sûr que le bon goût soit une caractéristique locale au vu des divers choses proposées ou trouvées.
Quoique ... quand on a connu la Péninsule ...

Le temps d'aider au nettoyage des terres autour du point d'arrivée, je me suis dirigé vers l'ouest, là où les vaisseaux orques sont arrivés pour envahir ces terres. Il est heureux que des points de vols aient été installés, car au vu de l'état des navires, il est clair que le retour ne se fera pas par la mer.

Cela dit, l'endroit est des plus intéressants.
Une espèce de brumes habitée par des formes de fantômes recouvrent les lieux et je suis curieux de savoir ce que cette brume cache encore. Un je ne sais quoi qui me fait penser aux histoires racontées par un humain surnommé "Stéphane Roi".

J'ai appris qu'à son tour, Adreena a décidé de partir pour ces terres.
Je ne suis pas persuadé que ce soit une bonne idée si on considère qu'elle n'a pas encore fini d'explorer l'Outreterre, mais je soupçonne que sa maîtrise des arts est lié à une bien meilleure connaissance de notre monde qu'elle ne veut bien l'avouer.

Enfin ... vivement que je trouve le chemin de Dalaran ... un lieu civilisé sur une terre meurtrie que les orques achèveront de tuer, comme à leur habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tzymis (par lui-même)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tzymis (par lui-même)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Les Anciens I :: L'accueil [public] :: Le bar [RP]-
Sauter vers: