I Les Anciens I

Forum de la guilde Horde - Confrérie du Thorium
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 - Narzyss -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narzyss

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 34
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: - Narzyss -   Lun 25 Fév 2008, 20:02

Il est déjà difficile de se faire un nom dans l’ordre des Chevaliers, mais il l’est d’autant plus lorsque l’on est une femme, et la dernière-née du Chevalier Aubétoile de surcroît… Ce Chevalier qui a donné sa vie pour tenter d’arracher Mortholme au fléau, en vain, est de nos jours un héros et un modèle pour les jeunes recrues.
Rudlih et Sedlad s’en sortaient brillamment, pour les instructeurs ils honoraient le souvenir de notre père et promettaient de faire de grandes choses… mais pour moi c’était une autre histoire…

De son vivant, notre père était très fier de mes frères. Il y a peu de femmes chez les Chevaliers, aussi mon père pensa d’abord faire de moi une prêtresse… il ne voyait pas en moi la force et la volonté nécessaire pour faire un bon chevalier. J’étais un peu garçon manqué mais mes frères parvenaient souvent à me faire pleurer. J’étais encore très jeune lorsque je pris conscience que je voulais prouver à tout le monde que j’étais aussi capable qu’eux d’être Chevalier. Cela amusa mon père, mais il m’approuva. Évidemment j’eu droit à tout un tas de recommandations et d’avertissements de sa part, mais j’avais pris ma décision : je voulais devenir Chevalier.

Lorsque mon père lanca son assaut sur Mortholme, j’avais à peine une dizaine d’années. Ce matin là notre mère était inquiète mais pas plus que les autres fois où notre père partait au combat, et il était toujours revenu… jusqu’à ce jour.
Je suivais mes cours comme tous les jours. Je m’en sortais plutôt bien en magie, c’est plutôt simple une fois qu’on a compris le truc : il suffit de bien savoir ce que l’ont veut et d’être très précis dans ses incantations. Alors qu’en combat… j’eu plus vite fais d’apprendre à panser mes plaies qu’à affûter ma lame. Et j’étais justement en train d’incanter un léger sort de soin sur une blessure causée par un autre novice quand un officier se dirigea dans ma direction, suivi par notre instructeur, la mine sombre. Je compris de suite de quoi il s’agissait, évidemment mais je ne voulais pas le croire. C’est tout juste si j’entendais les paroles de l’officier. Le sol se dérobait sous mes pieds et mon esprit donnait l’impression de s’évaporer. Le regard dans le vide, je distinguais quelques mots : « ton père »… « le fléau »… « mort en héros »… « je suis désolé ». J’entendis soudain un cri qui me sorti de ma torpeur. Non loin de là d’autres officiers devaient certainement annoncer la nouvelle de ce drame à mes frères, et le cri était de Sedlad… Je le vis courir, l’épée à la main le long de notre terrain d’entraînement et je voyais ses larmes perler. Notre frère aîné, Rudlih, était à ses talons et tentait de l’arrêter, ce qu’il parvint à faire quelques secondes plus tard en l’entourant de ses bras puissants. Et ils s’effondrèrent tous deux, l’un pleurant à chaudes larmes et l’autre le serrant contre lui. Et sur cette scène mes genoux tombèrent à terre et je plongea ma tête entre mes mains en sanglot… et j’appelais mon père.

Notre mère fut inconsolable les semaines qui suivirent puis elle sombra dans la mélancolie et se laissa mourir moins de 3 mois après la mort de son mari.
Mes frères et moi passions tout notre temps au noviciat… eux à s’entraîner de tout leur soul et moi à exaspérer mon maître d’armes. À partir de cette période, les instructeurs ont commencés à être de plus en plus exigeants de nous, je dirais même qu’ils s’acharnaient sur nous ! Mais avec les années de recule je comprend à présent qu’ils cherchaient simplement à nous aider à surmonter notre chagrin. Il n’empêche que pour l’heure j’étais au bord du découragement. Je subissais les quolibets de mes camarades d’entraînement car je ne valais pas mes frères au combat et selon ces mêmes camarades je déshonorais le nom de mon père.
Mes frères m’aidaient tant bien que mal à m’entraîner mais je n’étais vraiment pas forte, alors je décidais de miser sur mes sorts. J’étais très compétente pour les soins en combat, aussi un chevalier spécialiste des sorts décida de m’enseigner une façon de combattre qui nécessite une très grande maîtrise de la magie et un minimum de compétences en combat rapproché.

Ce fut long et éprouvant mais j’étais une bonne élève et lorsque j’obtins mon titre de Chevalier mes compétences n’étaient plus à prouver. J’avais déjà battu en duel la plupart des novices et même des chevaliers lors de divers tournois. Mais par respect envers eux, je n’ai jamais accepté de me battre contre un de mes frères… en tout cas pas devant d’autres personnes… Vous imaginez les commentaires d’autres novices s’ils se faisaient battre par leur petite sœur…

Rudlih, notre aîné, étant Chevalier depuis quelques années de plus que Sedlad et moi, s’arrangeait toujours pour que nous formions une équipe lors de nos missions, nous étions aussi toujours accompagnés par un chevalier que Rudlih connaissait depuis ses premières années de noviciat : Kelindril. C'était en fait un jeune instructeur, je me souviens qu’il se moquait souvent de moi quand j’étais plus jeune… mais il faut reconnaître qu'il est de bon conseil et que c’est un excellent combattant et un ami loyal qui n’hésite pas à s’interposer pour nous éviter les coups.
Malgré les apparences je crois que Sedlad ne s’est jamais remis de la mort de nos parents. Il fréquente les tavernes de façon un peu trop régulière et prolongée à mon goût… Rudlih trouve ça normal mais je pense qu’un chevalier qui tient plus souvent une choppe dans la main que sa propre épée n’a pas qu’un problème de boisson… Nous le voyons de moins en moins souvent, il arrive qu’on ne le vois pas pendant des mois… je devrais en reparler à Rudlih.

Pour l’heure nous avons une vie plutôt solitaire mes frères et moi, nous sommes notre seule famille et nous sommes tout le temps sur les routes, nous n’avons pas de point d’attache. Il arrive que mes frères aient des aventures d’un soir lorsque nous nous arrêtons quelques jours dans un village mais ça s’arrête là. En général les Chevaliers ont du succès auprès des jeunes villageoises (et même auprès des moins jeunes) mais en ce qui me concerne, les villageoises ne m’intéressant pas… c’est le calme plein… Les hommes ne s’intéressent pas vraiment aux femmes qui passent leur vie à cheval ou à affûter sa lame au coin d’un feu de camp ou encore à redresser les bosses de son armure… en fait les hommes s’intéressant à une femme capable de les battre au combat doivent se compter sur les doigts de la main.
Dans l’ensemble je ne m’en plains pas. Mais il m’arrive parfois d’avoir envie de me sentir aimée et belle… non pas que je sois moche mais passer son temps à cheval sur les routes ça a ses inconvénients… Kelindril aime me rappeler que mes habits sentent souvent le cheval…
Ajoutez à ça le fait que je sois souvent en compagnie de mon frère Rudlih et qu’évidemment je ne suis pas prête à me donner à n’importe qui… quoi ça fait de moi quelqu’un de compliqué ?
Figurez vous que certains ont eu le courage (ou la folie ?) de s’intéresser à moi, mais s’ils ne se retrouvaient pas avec un bras cassé par mon frère ils finissaient avec des dents en moins, cassées par mes soins… (certains individus peuvent être parfois d’une grossièreté… surtout après quelques bières…)
Enfin bref, je vis parfois quelques moment de déprime mais j’arrive à me consoler sur les champs de bataille, ma vraie passion ! (après réflexion, ça doit aussi certainement contribuer à faire fuir les hommes). Il y a certaines régions dans le monde où la Horde et l’Alliance ne font vraiment pas bon ménage, et j’aime prêter main-forte à la Horde quand j’ai l’occasion d’approcher une de ces régions au cours de mes voyages. Je tue, je soigne… et en général après un bon massacre ça va bien mieux.

Voilà en tout cas à quoi se résume l’histoire de ma vie. Pour ce qui est des Anciens il s’agit d’une succession de rencontre et d’amitiés mais d’autres vous la conteront mieux que moi.


----------------------------
HRP : Je suis pas très douée en écriture mais j'espère que ce n'est pas trop tiré par les cheveux et que ça vous en apprendra un peu plus sur Narzyss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narzyss

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 34
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: - Narzyss -   Mar 26 Fév 2008, 14:36

Je vous ai raconté mon enfance dans les grandes lignes. Ce sont des choses que vous saviez peut-être déjà si vous commencez à bien me connaître mais j'ai délibérément passé sur quelques détails, et je vais bientôt vous en conter quelques-uns...


Dernière édition par Narzyss le Mar 26 Fév 2008, 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narzyss

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 34
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: - Narzyss -   Mar 26 Fév 2008, 20:08

La Fratrie

Nous formons une famille plutôt soudée mes frères et moi. Lorsque j’étais petite, je me cachais souvent pour aller les regarder s’entraîner. J’avais les yeux ronds comme des billes en les voyant, et je m’imaginais combattant à leurs côtés.

Ma famille possédait une tour dans les Terres Fantômes, qui se nomme aujourd’hui la Flèche Aubétoile, mais elle est laissée à l’abandon depuis la mort de notre mère… la douleur est grande lorsque j’y retourne me recueillir quand j’ai l’occasion de passer par Lune d’Argent. Bref, cette tour et le domaine qui l’entoure ainsi que les faits d’arme de notre père et d’autres membres de ma famille maintenant éloignés ont valu à notre nom quelques titres de noblesse. Bien que nous soyons des « nobles », nous étions restés des gens simples et ayant le goût de l’aventure. Mes frères étaient très doués au combat et les recrues issues de familles nobles depuis des lustres les respectaient comme leurs frères. C’est ce qui est beau chez les Chevaliers, c’est une vraie fratrie… dès lors qu’on y trouve ça place…

Comme je l’ai expliqué précédemment, je ne donnais pas vraiment l’air d’être faite pour être un bon Chevalier au départ… Peu de personnes croyaient en moi. C’est vers l’entrée dans l’adolescence que j’ai commencée à exploiter mon potentiel magique. Mes frères et Kel m’aidaient souvent à m’entraîner mais ils ne comprenaient pas trop l’intérêt que je portais à une méthode de combat qu primait la magie plutôt que la force brute… et moi j’avoue qu’à cette période j’avais la tête ailleurs donc j’admet que mon potentiel n’était peut-être pas exploité à fond, les résultats n’étaient donc pas là… en tout cas ils appréciaient les soins que je leur apportais, il faut dire que sur ce point j’excellais. J’aimais être en leur compagnie et en tant que petite sœur de ces trois chevaliers (Kel aussi était considéré comme un frère pour nous trois) je me sentais toujours en sécurité. J’avais quatorze ans lorsqu’un Chevalier remarqua ma passion et mon potentiel dans la magie sacrée, et il décida de faire mon enseignement. Au jour d’aujourd’hui je suis toujours ses préceptes, qui sont la base de ma technique de combat. À cette époque j’avais la tête ailleurs comme je le disais plus tôt… je commençais à m’intéresser aux garçons, enfin à un en particulier en tout cas. Il ne se rendait compte de rien évidemment, j’étais certainement une gamine pour lui et pour couronner le tout il se moquait tout le temps de moi… bref c’est une autre histoire, peut-être vous la conterai-je une autre fois…

C’est donc le cœur brisé qu’au bout d’un moment je me jetais corps et âme dans les études. Je m’en sortais plutôt pas mal je dois dire et après deux ou trois tournois, j’avais vite gagné ma place au sein de la confrérie des Chevaliers. Je participais rarement aux soirées beuveries habituelles, mais j’étais quand même considérée comme une sœur et une alliée de taille dans les combats. À partir de là tout fût plus facile pour moi, même si j’éveille encore aujourd’hui la curiosité de mes confrères avec mes techniques de combat peu communes pour un Chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narzyss

avatar

Nombre de messages : 316
Age : 34
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: - Narzyss -   Mar 26 Fév 2008, 20:09

[ autre texte à venir ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Narzyss -   

Revenir en haut Aller en bas
 
- Narzyss -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Les Anciens I :: L'accueil [public] :: Le bar [RP]-
Sauter vers: